webleads-tracker

22/07/2018

Une digital detox pendant les fêtes ? Chiche !

r-

Faire une digital detox, c’est du dernier chic depuis quelques années pour les gens hyperconnectés comme nous. Pour reprendre la formule consacrée, « déconnecter pour reconnecter », il paraît que ça fait un bien fou. C’est en tout cas ce que racontent les magasines féminins (cherchez, vous verrez qu’ils en ont tous parlé au moins une fois depuis 2014).  Même BFMTV affectionne le sujet ! C’est dire à quel point il est trendy ! Alors pourquoi ne pas profiter du break des fêtes de fin d’année pour essayer et changer votre vie en déconnectant tout — les machines et les neurones (temporairement) ?

Attention ! Si votre boulot est de répondre rapidement aux demandes de vos clients pendant cette période particulièrement chargée pour les Services Clients, n’entamez pas votre digital detox maintenant. Reportez-la à vos prochaines vacances.

Digital detox — version gratuite

Pour mettre toutes les chances de votre côté, il serait préférable de vous propulser dans un lieu sans couverture réseau. En région parisienne, c’est quasiment perdu d’avance… Le réseau est tellement dense qu’il ressemble à ça :

Même si vous passez votre temps à râler parce que la 4G est calamiteuse dans certains endroits, il vous suffit généralement de vous déplacer de quelques mètres pour retrouver du réseau et vous reconnecter au vaste monde…

Moi, je vous recommande plutôt le Parc de la Vanoise que les formules « digital detox » (en général de 3 jours) des stations thermales et balnéaires où, pour un modique millier d’euros, on vous confisque à l’arrivée smartphone, tablette, montre connectée, console de jeu et autres fils à la patte modernes (pour la cigarette électronique, je ne sais pas si on a le droit ou pas…)

De mon point de vue, l’option Parc de la Vanoise (ou de tout autre endroit comparable) est préférable, pour deux raisons :

1/ personne ne ponctionne votre compte en banque et vous vous évitez un traumatisme majeur : payer pour NE PAS AVOIR quelque chose ! Bon, vous direz que vous avez un peu trop souvent l’impression de payer votre opérateur pour NE PAS AVOIR de réseau, mais ça c’est vraiment une réaction d’enfant gâté…

2/ vous pouvez en profiter pour marcher pendant des heures dans les grands espaces – jusqu’à l’endroit où vous retrouverez du réseau, par exemple… Dans ce cas, votre digital detox ne sera pas radicale, mais au moins vous aurez pris un bol d’air et dégourdi vos gambettes de sédentaire impénitent…

Pour vous assurer avant de partir que la couverture réseau de la zone où vous allez est mauvaise ou inexistante, consultez la carte magique ici. Vous pouvez aussi vous passer les fêtes dans un parking souterrain ou dans une grotte mais, pour le moral, ce n’est franchement pas terrible.

Digital detox — version connectée

Pour une digital detox réussie, il est vivement conseillé de changer de cadre, histoire de rompre les habitudes. Si vous ne pouvez pas partir – parce que, cette année, c’est votre tour d’accueillir le ban et l’arrière ban de la famille pour le réveillon du 24 décembre – vous pouvez opter pour la version « connectée ». Ça parait paradoxal mais c’est possible !

Il vous suffit de télécharger sur votre smartphone chéri une appli qui vous aidera à contrôler votre consommation et à réduire vos temps de connexion. C’est-y pas beau, ça ? Il en existe des dizaines. Celle-ci, par exemple, baptisée Checky parce qu’elle vous dit combien de fois vous « checkez » votre mobile dans la journée. Attention ! Vous qui pensez vous être discipliné et qui seriez prêt à jurer que vous ne vérifiez pas plus d’une fois par heure si vous n’avez pas raté un e-mail, un post, un tweet super vital, vous risquez d’être très surpris… D’après un test réalisé par une société spécialisée dans le développement d’apps, nous touchons en moyenne 2617 fois notre smartphone par jour ! Les plus accros atteignent 5427 interactions/jours en 132 sessions. A ce stade, ce n’est plus un tic, c’est carrément un TOC !

Vous avez aussi l’appli Forest qui vous motive à limiter votre usage du mobile. Quand vous ne l’utilisez pas, vous faites pousser un arbre. Dès que vous vous connectez, vous ralentissez la croissance de votre arbre… Si vous arrivez à faire pousser une forêt entière, c’est bon : vous pouvez résilier votre abonnement et jeter votre smartphone aux orties (consigne à ne pas prendre au pied de la lettre : on vous rappelle que ces petits bijoux de technologie ne sont absolument pas biodégradables).

Si vous voulez être encore plus trendy façon Valley, optez pour cette app et la méthode qui va avec. Elle vous permet de concilier digital detox et méditation de pleine conscience. Après ça, il ne vous restera plus qu’à devenir végan et à vous mettre au yoga bikram pour intégrer de plein droit la très sélecte communauté des grands initiés illuminés de la Valley. Et comme vous êtes foncièrement généreux, vous ne manquerez pas d’écrire un bouquin pour partager avec tous les non initiés de la galaxie la merveilleuse expérience de transformation intérieure que vous aurez vécue depuis votre digital detox.

Digital detox — version chocolatée

C’est la formule proposée par easi. Elle consiste à remplacer une addiction par une autre, en l’occurrence remplacer l’addiction à votre smartphone par une douce addiction au chocolat. A chaque fois que vous ressentez un impérieux besoin de vous connecter (encore faut-il en être conscient…), vous mangez un chocolat, les yeux fermés de préférence pour en apprécier pleinement les subtilités (NB : avec les Kinder Surprise, ça ne marche pas. Pas assez subtils. Préférez les chocolats sélectionnés par notre équipe exclusivement pour vous). L’avantage du chocolat, c’est que ça se partage et que ça fait toujours plaisir. L’inconvénient : si vous êtes vraiment accro à votre smartphone, du genre 131 sessions par jour (cf. ci-dessus), vous allez très rapidement prendre du poids… Accessoirement, si vous êtes à 131 chocolats par jour, ça représente un sacré budget…

Y arriverez-vous ?

Probablement pas… pour toutes les raisons évoquées dans ce billet, sans parler des raisons professionnelles. L’année prochaine, vous pourrez faire valoir votre droit à la déconnexion — enfin, vous pourrez toujours essayer…

En attendant, vous ne pourrez pas nous accuser de vous avoir sollicités pendant les fêtes de fin d’année : on prend quelques jours de vacances bien mérités. Mais avant cela, comme l’exige le rituel :

On vous souhaite de bien finir 2017, de commencer 2018 en beauté et on vous embrasse comme on vous aime : fort !

 

Vous aimerez aussi :

Laissez un commentaire