webleads-tracker

14/12/2018

Le vacancier, ce drôle de client…

Pendant au moins quelques jours, vous allez vous transformer en vacancier. Quelle chance et, surtout, quelle métamorphose ! Subitement vous allez être plus détendu et vous allez pouvoir vous « ressourcer », déconnecter – enfin si tout se passe bien, c’est-à-dire :

  • si votre train ne partait pas de la gare Montparnasse en cette fin de mois de juillet
  • si vous avez eu la bonne idée de ne pas choisir Ryanair
  • si le loueur de voiture vous a surclassé (parce que la Fiat 500 c’est sympa, mais avec les enfants et les bagages, vous aviez vu un peu juste, non ?)…
  • s’il n’y a pas d’autoroute qui passe à 200 m de la si jolie villa que vous avez dénichée in extremis sur Airbnb (vous avez déjà de la chance qu’elle existe)…
  • si la piscine du club est aussi bleue que sur les photos et la plage aussi proche que le disait le descriptif…
  • si la chambre qu’on vous attribue dans cet hôtel qui avait l’air si charmant ne donne pas sur l’arrière-cour et les émanations de la cuisine (mais c’est ça ou une chambre juste au-dessus de la terrasse du bar ouvert jusqu’à pas d’heure)…
  • si votre petit dernier consent à s’endormir avant 2 h du matin malgré les fortes chaleurs…
  • si la clim produit de la fraîcheur et pas seulement du bruit…
  • si vous ne vous faites pas tirer votre portefeuille ou votre portable par un petit voyou pendant que faites les courses au marché avec votre joli panier…
  • si le distributeur de billets n’avale pas votre carte pour une de ces raisons mystérieuses qui n’arrivent qu’en vacances et si possible à l’étranger…
  • si la connexion est digne de ce nom dans votre résidence et la couverture réseau correcte partout où vous allez pendant votre séjour…
  • si votre chien ne mord personne (oui, je sais, ça n’aurait pas été sympa de le laisser en pension)…
  • si vous réussissez 1/ à éviter la turista, les charges d’éléphants et de moustiques et 2/ à voir un léopard pendant ce merveilleux safari dont vous rêvez depuis votre dixième anniversaire…

Rien de tout cela n’arrive au vacancier heureux !

Et quand par manque absolu de chance une de ces choses lui arrive, le vacancier serein, détendu, bon enfant et en voie de ressourcement peut subitement se transformer en quelqu’un de très-très-très redoutable : en client pas content et super énervé. Car le vacancier n’entend pas qu’ « on » lui gâche la moindre parcelle de ce temps de bonheur promis, arraché à un quotidien de labeur et d’obligations. Il veut la perfection, il l’exige.

Un grain de sable dans les rouages de son rêve ? Le voilà qui se rue à la réception de l’hôtel, qui oublie la plus élémentaire des politesses. Le voilà qui hurle au téléphone qu’il veut qu’on lui trouve une solution IMMÉDIATEMENT, qu’on le rapatrie, qu’on lui envoie un hélicoptère, qu’on le surclasse, qu’on le rembourse, qu’il a payé pour voir des léopards et pas que des zèbres, qu’il est anormal qu’il pleuve et qu’il fasse si chaud, que c’est un scandale de faire payer aussi cher une bière même pas fraîche ou une chambre si petite, qu’il y a des algues vertes sur la plage, que la télé est mal réglée…

Mais non, vous n’êtes pas comme ça !

Pas vous. Vous, vous êtes un pro de la Relation Client et vous savez que ce qu’un vacancier vit comme une catastrophe ou un scandale n’est la plupart du temps qu’une exception malheureuse. Parce que, quand on y réfléchit, vacances ou pas, c’est incroyable le nombre de choses qui se passent bien dans nos sociétés « avancées » : de même que l’immense majorité des colis arrivent à destination, les réservations fonctionnent, comme par magie ; les trains roulent, les avions décollent et atterrissent sans dommage si ce n’est toujours à l’heure ; les hôtels, locations saisonnières, campings, chambres d’hôtes, restaurants en tous genres sont tirés vers le haut par la grâce des commentaires positifs ou négatifs que tout vacancier soucieux de son prochain ne manque pas de rédiger. Et si vraiment quelque chose se passe mal ou ne vous satisfait pas tout à fait, vous êtes bien placé pour savoir, vous, qu’il y a des gens dans des milliers de Services Clients qui vont se décarcasser pour vous trouver une solution.

Au moment de mettre la clé sous la porte de mon bocal (oui, je suis le seul poisson bleu au monde à avoir un bocal avec une porte) et de me transformer pour quelques jours en poisson vacancier, moi, easi, j’ai une pensée émue pour tous ceux qui bossent et dont c’est le métier de faire en sorte que je n’ai pas besoin de contacter le moindre Service Client pendant mes vacances. Et ça en fait du monde !

Bonne vacances à tous. Profitez-en pour faire tout ce qui vous plaît. Enfin, essayez, parce que, chez les humains, ce n’est pas si facile qu’on le croit… C’est fou tout ce qui peut être interdit dans vos espaces de liberté (et dans certains cas, heureusement pour les poissons !!!!)

Allez, on se retrouve le 23 août, frais, dispos, « ressourcé »… D’ici, là on vous embrasse comme on vous aime : fort.

 

Vous aimerez aussi :

Laissez un commentaire