webleads-tracker

19/04/2018

Un téléphone fixe… jusqu’à quand ?

Le téléphone fixe est un intéressant paradoxe dans la société française (peut-être ailleurs aussi, mais je ne vous cache pas que je n’ai pas vérifié) : le baromètre du numérique 2017* nous apprend que 86 % des foyers français disposent encore d’une ligne de téléphone fixe. Le taux d’équipement en ligne fixe a beau avoir baissé de 5 points depuis 2013, ce pourcentage reste étonnement élevé dans un pays où, selon la même source, 94 % des individus de 12 ans et plus sont pourvus d’un téléphone mobile (dont 73 % de smartphone).

Ce qui surprend plus encore, c’est que malgré ce taux d’équipement élevé, 27 % des personnes interrogées déclarent ne pas avoir utilisé leur ligne de téléphone fixe une seule fois au cours des six derniers mois. Je peux comprendre que ceux qui s’en servent régulièrement conservent une ligne fixe, mais pourquoi les autres le font-ils ? Bonne question ! Eh bien, pour près de la moitié des Français de 2017, c’est simplement parce qu‘ils jugent « très utile » (26 %)  ou « assez utile » (23 %) d’avoir une ligne fixe, même s’ils ne s’en servent jamais

En revanche, quand on a un mobile (de base ou un smartphone), on l’utilise tous les jours (79 % des répondants) ou et, pour les moins assidus, une ou deux fois par semaine (10 %).

Le téléphone fixe, un truc de vieux ?

Vu le pourcentage total de foyers toujours équipés d’une ligne fixe (86%), on peut difficilement dire que c’est l’apanage des plus âgés. En revanche, il est clair que les moins équipés de ligne fixe se trouvent plutôt parmi les 18-24 ans (81 % ont quand même une ligne fixe !) et les 25-39 ans (78%) que chez les plus de 70 ans (équipés à 96%). En fait, si nous restons si nombreux avoir un téléphone fixe, c’est tout simplement parce que nous avons majoritairement aujourd’hui des offres »triple play » : des forfaits avec des boxes qui fournissent à la fois l’accès Internet, la TV et la téléphonie sur IP. La France est d’ailleurs le pays occidental où ce type d’offre est le moins cher.

Les lignes téléphoniques « classiques » — c’est-à-dire, utilisant le réseau téléphonique commuté (RTC) — sont de toute façon vouées à disparaître au profit du tout IP.

Que votre grand-oncle ou votre arrière grand-mère ne s’affole pas pour autant : Orange — opérateur historique et également fournisseur en titre du service universel téléphonique — a bien annoncé en 2017 la fin du RTC pour des raisons de modernisation de son réseau. Mais, d’une part, cela ne signifie pas l’arrêt du service de téléphonie fixe et, d’autre part, il ne devrait théoriquement rien se passer de concret pour les abonnés avant 2022.

Et les pannes d’électricité ?

Si j’aborde ce point, c’est parce qu’une personne âgée m’a récemment fait remarquer qu’avant, les téléphones fixes n’avaient besoin d’alimentation électrique. En cas de panne de secteur par exemple, le téléphone fonctionnait toujours, alors qu’avec les appareils actuels et a fortiori avec les lignes internet, le téléphone ne marche plus dans ces cas-là. Visiblement c’est un souci pour un certain nombre de gens puisque l’Arcep a jugé nécessaire de répondre à cette question :

L’une des particularités du réseau téléphonique commuté est qu’il permet à ses utilisateurs de bénéficier d’un maintien de l’alimentation électrique du terminal (téléphone, alarme, etc.), même en cas de panne sur le réseau d’électricité. Cependant il est à noter que parmi les utilisateurs « grand public » d’une ligne téléphonique RTC, plus de 75% sont équipés d’un téléphone branché sur une prise électrique. Aujourd’hui une coupure d’électricité prive déjà ces utilisateurs de leur ligne téléphonique.

Les réseaux de nouvelle génération ne permettent pas actuellement une telle télé-alimentation du terminal.

Cependant des solutions techniques de type onduleur / batteries permettent d’assurer la continuité de l’alimentation électrique du terminal.

Pas sûr que cela rassure beaucoup nos chers aînés, mais au moins vous avez l’info et vous saurez quoi leur répondre 😉

* Baromètre du numérique 2017, 17ème édition. Document produit par le Conseil Général de l’Economie, de l’Industrie, de l’Energie et des Technologies (CGE), l’Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes (Arcep) et l’Agence du numérique. Si vous aimez les statistiques, vous allez adorer. Pour télécharger le rapport intégral (256 pages) c’est ici ; pour la synthèse, c’est .

Vous aimerez aussi :

2 Commentaires

  1. Doriane
    Répondre

    Bonjour ! C’est aussi parce que si on veut un accès internet en France, nous sommes obligés d’avoir une ligne téléphonique, avec un numéro. Toutes les offres de box internet comprennent obligatoirement l’ouverture d’une ligne téléphone. Donc, comme c’est inclus, autant acheté un téléphone fixe pour que cette ligne ne dorme pas simplement dans l’abonnement. C’est aussi une des raisons, je suppose ^^

Laissez un commentaire