Blog

Revente de cadeaux, l'exemple de marques qui se positionnent

30 décembre 2014

 

Le message de fin d’année de la Fnac est sans ambiguïté sur la revente de cadeaux : "Gagnez de l’argent en revendant vos cadeaux sur fnac.com". Surfant sur la tendance que nous avons déjà évoquée ici, l’enseigne donne à tout un chacun les moyens de rapidement transformer en cash les cadeaux reçus à l’occasion des fêtes. Elle a évidemment tout à gagner à encourager une pratique qui se traduit pour elle par des commissions sur les transactions et, le cas échéant, par des achats complémentaires.

Selon le Figaro, « dès le 24 [décembre] au soir, les internautes se sont rués sur la toile pour se débarrasser de certains de leurs cadeaux », une pratique dont on ne se vante pas : 57% des Français interrogés avant Noël se disaient prêts à revendre certains cadeaux (+10% par rapport à l’an dernier) mais 83% s’avouent  mal à l’aise à l’idée que ceux qui les leur ont offerts l’apprennent*…

Revente avec ou sans décote ?

Si eBay propose aux internautes de revendre ce qui ne leur plaît pas, fnac.com met clairement en avant l’argument économique que beaucoup cherchent à minimiser.

Bannière eBay - Revente des cadeaux de Noël - 27 décembre 2013 Bannière eBay - Revente des cadeaux de Noël - 27 décembre 2013

Revente de cadeaux sur fnac.com Bannière Fnac.com - Revente des cadeaux de Noël - 27 décembre 2013

En faisant un petit tour sur les sites de vente C2C, on trouve pléthore d’objets neufs revendus par des particuliers à un prix légèrement inférieur au prix en magasin mais bien souvent, aucune décote n’est pratiquée : l’objet étant neuf, souvent dans son emballage d’origine non ouvert, pourquoi le vendrait-on moins cher ? Oui, on se demande bien pourquoi… Et d’oublier allègrement la TVA, l’inscription au registre du commerce et autres menus détails sur lesquels le législateur finira par se pencher sérieusement, comme il l’a fait pour les ventes en déballage du type vide-grenier. Avouons que ce serait logique, au moins pour les particuliers qui tirent de la revente sur Internet des revenus substantiels et réguliers qui échappent de facto à l’impôt…

Pas de droit de rétraction

Juste pour info, il n’est pas inutile de rappeler que le droit de rétractation ne s’applique pas à la vente entre particuliers. L’article L 121-20 du code de la Consommation offre à l’acheteur un droit de rétractation pour les ventes conclues à distance mais l’article L. 121-16 du même code précise que cette prérogative « ne s’applique que dans le contrat de vente à distance conclu entre un consommateur particulier et un vendeur professionnel ». En outre, les plates-formes marchandes qui facilitent les transactions entre particuliers ne peuvent pas être mises en causes : elles ne sont que des intermédiaires.

Un phénomène sociétal ?

Dans tous les articles parus ces derniers jours sur le sujet (pas moins de 171 sources répertoriés par Google Actualité le 27 décembre à 11h15 !), la revente des cadeaux de Noël est présentée comme un phénomène « sociétal », ce qui lui confère une dimension quasi inéluctable. C'est vrai que la motivation des revendeurs n'est pas qu’économique... Encore que... Comme c’est devenu très facile, de plus en plus de gens s’y mettent, certains pour désencombrer leurs placards, beaucoup pour récupérer un peu d’argent.

A quoi cela rime-t-il ? Quel sens cela a-t-il de faire des cadeaux dont on sait qu’ils seront revendus ? Dans un certain nombre de familles, Noël est l'occasion d’un grand échange croisé de chèques. Au final, chacun s’offre ce qui lui plaît avec ce qu'il a récolté et, pour le payer moins cher, l’achète – neuf ou d’occasion – sur un site de vente entre particuliers… Je n’en pense ni bien mal… Simplement je m’interroge : qu’est-ce qu'un « vrai cadeau » aujourd’hui ? Quel impact a ce commerce parallèle sur le commerce traditionnel ? Quel impact sur l'économie ? Autant de sujets à explorer l'année prochaine. D'ici là, je vous souhaite une très belle fin d'année 2013 !

* Sondage OpinionWay-PriceMinister réalisé du 4 au 8 décembre 2013 auprès de 1061 répondants âgés de 18 ans et plus.

Ce contenu vous a plu ?

Inscrivez-vous à notre newsletter